Gwendoline à la Waldorfschule de Kempten

par Gwendoline Trémenec, lycée Félix Faure, Beauvais

            Je suis partie en Allemagne en fin de seconde pendant trois mois dans le cadre d’un programme Brigitte Sauzay. J’ai posté une annonce sur le site de l’OFAJ afin de trouver une correspondante. Après avoir échangé quelques mails et fixé nos dates, j’ai pris le train pour Kempten alors que je ne savais ni à quoi ressemblait ma corres ni si j’allais arriver au bon endroit. En descendant du train, je me suis sentie très vite perdue mais heureusement, ma corres est venue vers moi et m’a demandé :« C’est bien toi ma corres française ? Comment est-ce qu’on prononce ton prénom ? » Ce furent les premiers mots qu’on échangea, et bien que je lui aie expliqué comment bien prononcer mon prénom, elle n’a jamais su le dire correctement, aucun Allemand d’ailleurs.

            Dès que je suis entrée dans la maison, je me suis tout de suite sentie chez moi. Sa famille m’a très bien accueillie et je me suis intégrée très facilement. Ses parents s’intéressaient beaucoup à la France, au français, à ma façon de vivre. J’aidais souvent sa mère, que ce soit pour cuisiner ou pour jardiner car vivant dans une ferme, la main d’œuvre est toujours la bienvenue.

            Mon premier jour à l’école a été à la fois surprenant et perturbant. Quand tous les élèves sont entrés en classe et se sont installés à leur place, le professeur allume une bougie pour réciter le Morgenspruch. Ensuite, les cours s’organisent d’une manière bien particulière. Les matières sont enseignées sous forme d’Epoche, c’est-à-dire qu’elles sont enseignées deux heures par jour par cycles de trois semaines. Les classes comprennent peu d’élèves et ne changent pas de la 1ère à la 12e classe. Les élèves sont donc très proches les uns des autres ce qui permet une bonne entraide.

            En France, notre système est basé sur la réussite et la compétitivité, l’école de ma corres sur un tout autre fondement. La Waldorfschlule est fondée sur la philosophie de Rudolf Steiner. Selon lui, l’Homme est un tout. Il a autant besoin de savoir se servir de ses mains que de son cerveau. Beaucoup de temps est donc consacré aux travaux manuels. J’ai eu l’occasion d’apprendre à tricoter, coudre, souder, scier tout en participant à la vie de l’école et à des projets de classe tels que construire des cabanes pour les plus petits ou fabriquer des lampes. L’art a également un rôle primordial dans cet enseignement. Les élèves font beaucoup de poésie, de théâtre, de musique, de chant, de dessin et d’eurythmie. L’eurythmie est un mélange entre du théâtre, de la danse et de la méditation qui vise à réfléchir sur son être et à se sentir bien dans son corps grâce à des mouvements. J’ai par exemple appris à danser mon prénom et les planètes. La première fois que j’ai assisté à un cours d’eurythmie, j’ai rigolé toute l’heure tellement ça m’a paru ridicule mais après y avoir participé, ça m’a tout de suite paru beaucoup plus intéressant et j’ai compris que c’était bien plus qu’une simple gestuelle.

            Ma corres habite en Bavière, une région bien particulière de l’Allemagne. Les traditions sont très ancrées dans la culture et les Bavarois en sont fiers. Il n’est pas rare de voir des gens dans la rue, habillés de tenues traditionnelles par exemple. L’accent est très prononcé et beaucoup de personnes parlent le bavarois ou le souabe, même les plus petits. J’ai donc pu apprendre quelques mots et expressions : en Bavière, on ne dit pas « Guten Tag » mais « Grüß Gott », « Wo bist du ? » devient « Wo bisch ? » et « essen » se prononce « essne ».

            Partir en Allemagne a été pour moi bien plus qu’un voyage linguistique. Vivre dans un autre pays pendant trois mois m’a fait prendre conscience de beaucoup de chose, que ce soit sur moi-même ou sur la France. Par exemple, j’ai vu une autre façon de voir le monde grâce à la Waldorfschlule, qui vise à n’apprendre que l’essentiel, au contraire des écoles françaises où l’on enseigne des matières beaucoup plus abstraites qui sont inutiles dans la vie de tous les jours et qui de plus stressent les élèves et ne laissent presque aucune place aux loisirs. J’ai également appris à être plus tolérante vis-à-vis des handicapés. Bien que je n’avais rien contre eux auparavant, les côtoyer tous les jours à l’école et faire des activités avec eux m’a fait grandir et j’ai pu apprécier de les aider. L’Allemagne m’a aussi fait réfléchir sur mes habitudes alimentaires. Les Allemands sont plus ouverts au végétarisme et au véganisme, ce qui m’a fait prendre conscience que la viande n’est pas indispensable. Mais avant tout, ce fut une expérience inoubliable qui m’a permis de rencontrer de nouvelles personnes, de découvrir une autre façon de vivre et de nouveaux horizons.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s