Ode à l’Abibac, par Nashine Dorrani, du lycée Jean Dautet de La Rochelle

J’ai eu le plaisir de faire partie d’une classe Abibac. J’insiste sur le mot plaisir et oh quel plaisir ce fut ! D’abord réticente en troisième, je me suis finalement laissée tenter par l’aventure. J’insiste également sur le terme aventure. En effet, je vous mets en garde : L’abibac ce n’est pas n’importe quoi. Pendant trois années, on subit une émulation constante, une pression créatrice due à une importante charge de travail mêlée à une ambiance de groupe incomparable. Un navire de vingt-quatre élèves et deux professeurs, en route vers l’Abitur. Et c’est vrai qu’on y arrive, finalement, à cet Abitur tant convoité. Mais comme dans chaque voyage, ce qu’on retient, c’est le trajet. Et quel riche trajet, que dis-je, périple ! De nombreuses escales en Allemagne, tout naturellement : six mois pour certains, trois pour d’autres, puis plusieurs fois une semaine. On se noie dans les déclinaisons, on sombre dans les méandres des analyses de texte. Mais l’équipage est toujours là pour nous sortir de l’eau. Ça reste et restera une des constantes universelles de l’Abibac : nous ne sommes pas seuls, et heureusement.

J’ai fait mon Abibac au lycée Jean Dautet de La Rochelle, qui a pour spécificité d’encourager très fortement les élèves de seconde à partir en Allemagne pour un minimum de trois mois. La majorité part pendant six. On comprend donc dès le mois de septembre qu’on va vivre trois années singulières. Vers la fin du mois de janvier, les premiers départs commencent. La classe se vide au compte-goutte. Les au-revoirs se succèdent. Nous nous retrouvons tous catapultés dans des familles inconnues, avec pour seule mission : survivre. Bien sûr, passées les angoisses des premiers jours, les langues se délient mais parfois très difficilement, surtout que ce ne sont pas les mêmes, ces langues ! Il est évident que l’apprentissage « sur le tas » est efficace, même si radical, si bien que très vite, on se surprend à ne même plus réfléchir avant d’ouvrir la bouche, à ne pas devoir répéter pour être compris, ou même à rêver dans la langue de l’autre. C’est plaisant, on est fier, on se dit qu’on n’est pas venu pour rien. Alors on communique plus librement, les camarades deviennent des amis et on s’attache à notre vie germanique. Parfois un peu tard : il faut déjà repartir. Pas seul bien sûr ! On est désormais à la charge de notre correspondant.

Nous arrivons alors en classe en Première, nous retrouvons nos amis et nos marques dans une ambiance assez étrange. Un temps d’adaptation est toujours nécessaire. C’est alors reparti pour une année riche, en travail bien sûr, en émotions surtout. On enchaîne les œuvres au programme et les thèmes de civilisation, les dossiers sur l’Europe et les exposés d’histoire. La classe de première laisse place à la classe de Terminale, accompagnée de tout son lot d’échéances : bac, abitur, admissions etc. La pression monte d’un cran, les nuits se raccourcissent, les cernes se rallongent. Parfois des larmes coulent : rarement de tristesse, parfois de joie, souvent de rire. On se rend compte que le temps passe vite, que les derniers moments approchent et alors, on ne sait pas exactement si on voudrait accélérer ou ralentir le temps. Ce qu’on sait, ce qu’on voit, ce sont les échéances et les piles de cours qu’il nous reste à apprendre. Finalement, les épreuves se passent, on y a été suffisamment préparé donc elles se passent même bien et on réalise que c’est la fin de l’Abibac. On était assis sur une chaise, trois ans plus tôt, entourés de personnes inconnues, se demandant si on n’aurait pas mieux fait d’aller dans son lycée de secteur et en un claquement de doigt, on se tient, debout sur l’estrade, notre tant convoité diplôme de l’abitur dans les mains, entourés de visages connus et aimés, se demandant où le temps a bien pu passer.

Aujourd’hui, exactement quatre ans après ma rentrée en seconde, je m’apprête à emménager dans ma colocation en Allemagne. Je suis maintenant un cursus franco-allemand de chimie à l’université de Haute Alsace et à l’Albert-Ludwigs Universität Freiburg. Et quand il sera terminé, j’en parlerais avec autant de joie et de plaisir que l’Abibac. J’insiste sur le mot plaisir et oh quel plaisir ce fut !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s