Lorsque l’histoire franco-allemande éclaire l’« unité allemande »

par Sebastian Jung, enseignant d’histoire-géographie en section Abibac au lycée Albert Schweitzer du Raincy

La puissance de la langue réside dans la force des mots. Une approche franco-allemande permet d’en saisir la portée : du « signifiant » au « signifié » en passant par une « Begriffsgeschichte », les mots – « ce que parler veut dire » – sont un témoignage de leur époque. Ils sont description et allusion, vision programmatique ou porteurs d’un passé que l’on souhaite révolu. Indispensables accompagnateurs pour qui souhaite saisir le temps, ils sont autant de pièges au contemplateur. Parce que les mots subissent la violence de la dictée autant qu’ils ne dictent. C’est la raison pour laquelle les mots / die Wörter – et leur déclinaison conceptuelle (notion/concept/Begriffe/Konzepte) – sont au cœur des débats politiques et la cible des régimes à vocation totalitaire.
Le moment situé autour du 3 octobre 1990, constituant une nouvelle Allemagne, n’en est pas là. Pourtant les mots qui décrivent une réalité historique fêtée 30 ans plus tard – avec beaucoup moins de faste que le 9 novembre de l’année d’avant – méritent d’être interrogés. De quoi le 9 novembre 1989 était-il le signifié ? D’une simple « chute du mur » comme on le résume dans les manuels scolaires français – reprenant un leitmotiv allemand du « Fall der Mauer » ? En d’autres termes d’un moment soudain, brusque, insoupçonné, dont l’acteur serait un mur en lui-même (pourtant régulièrement rénové, amélioré, optimisé au cours des années 1980) ? Ou cette date ne serait-elle qu’une étape d’une révolution pacifique (« friedliche Revolution ») dont les bornes chronologiques se situent en amont au plus tard durant l’été 1989 et dont les espérances des acteurs en jeu, furent dans un temps difficilement saisissable, déçues ? Ouvrir cette brèche, c’est s’interroger sur cette fête nationale du 3 octobre, qui célèbre la « deutsche Einheit » (l’unité allemande), alors qu’en France le terme consacré est celui de la « réunification allemande » (« deutsche Wiedervereinigung »), que l’on trouve encore – mais de moins en moins – dans la littérature scientifique ou journalistique allemande.
En France le mot « réunification » désigne tant dans les manuels scolaires que dans les discours officiels, voire dans la littérature scientifique, la création d’une Allemagne nouvelle en 1990. Cette désignation est erronée. Jamais dans l’histoire un territoire allemand tel que défini dans le traité de Moscou du 12. Septembre 1990 (et qualifié de « traité 4 + 2 » en français et de « 2 + 4 Vertrag » en Allemagne» – on observera l’ordre des chiffres….) n’avait existé. Jamais une Allemagne se revendiquant « unifiée » n’avait été définie par une telle constitution démocratique (issue du Grundgesetz de mai 1949). Ni sur le fond, ni sur la forme l’Allemagne de 1990 ne fut une « réunification ». L’interprétation française s’explique : la « Wiedervereinigung », voilà les termes qu’employait le chancelier de la RFA Helmut Kohl en ce moment 1989-1990. Mais ces mots doivent être lus à l’instar des « blühende Landschaften » (ces « paysages florissants ») comme éléments de langage, auxquels des régimes non démocratiques (dont stalinien) auraient pu souscrire.
Pour éviter ce biais, le droit et la mémoire officielle allemande ont préféré le terme de « deutsche Einheit » – l’unité allemande. Le terme efface le passé, inscrit le présent dans le futur, dans un état de fait, qui implique et une reconnaissance des frontières et celle d’une loi fondamentale devenant constitution. De cette unité, l’historien du présent peine pourtant à voir les contours. Car l’unité fut une reprise en main (« Übernahme ») de l’Ouest sur l’Est. Une reprise en main symbolique, économique, financière, sociale et politique. Trente ans plus tard les signes d’une unité semblent lentement se dessiner avec des fractures Ouest-Est qui restent ouvertes. Elles sont aujourd’hui économiquement et démographiquement moins béantes, mais elles se lisent dans l’expression politique, y compris au sein du parti d’extrême droite AfD. Autrement dit : l’unité se situe davantage dans le présent que dans le passé.
Si en 1990 il n’y eut ni réunification, ni unité, c’est parce que l’Allemagne se situe dans un processus. Celui d’une unification. Une unification qui dure, prend son temps, ouvre le champ des possibles. Mais ce terme est pris, tant en français qu’en allemand : « l’unification allemande » comme « deutsche Einigung » renvoient à la création de l’Etat-nation allemand sous forme d’empire à partir de 1871.
Revenons-en à la langue : le plus proche du réel et du signifié est celui du processus : -tion en français, -ung en allemand. S’il faut décrire un processus long à partir de 1990 qui ne s’appuie pas sur le passé, il faut ajouter le terme de « nouveau », « neu ». Dès lors le moment du 3 octobre 1990 correspondrait à une « nouvelle unification allemande » ; « eine deutsche Neueinigung ».
Mais la nouveauté porte en elle promesses et finalités que le regard historique cherche à éviter. Reste alors à énumérer pour rester au plus près des réalités passées et des possibles futurs : la deuxième unité allemande – die zweite deutsche Einigung. Ou plus simplement un préfixe supplémentaire à « Einigung », que la langue française ne saurait traduire, parce qu’elle dit du processus le volontarisme et la contrainte : « Vereinigung ».

Pour aller plus loin :
KOSELLECK, Begriffsgeschichten, Studien zur Semantik und Pragmatik der politischen und sozialen Sprache, Frankfurt a/M, Suhrkamp, 2006.
Ilko-Sascha KOWALCZUK, Die Übernahme. Wie Ostdeutschland Teil der Bundesrepublik wurde, Munich, C. H. Beck, 2019.
Nicolas OFFENSTADT, Le pays disparu : sur les traces de la RDA, Paris, Gallimard, 2019 [version poche].
Heinrich August WINKLER, Geschichte des Westens. Vom Kalten Krieg zum Mauerfall, Munich, C.H. Beck, 2014 [pour une lecture par la « Wiedervereinigung »]
Edgar WOLFRAM, « Le mur », in Etienne FRANCOIS et Hagen SCHULZE, Mémoires allemandes, Paris Gallimard, 2001 [2007 pour la trad. frçse], p. 655-675.