e

Le site Géoimage, une ressource d’avenir pour l’enseignement en section Abibac   

Par Xavier Desbrosse, Enseignant d’histoire-géographie en section Abibac au lycée Pierre Bayen, Châlons-en-Champagne (51)  

xdesbrosse@ac-reims.fr

 Enseigner en langue allemande expose à la problématique de la disponibilité des ressources, en particulier en géographie. En DNL, la question est récurrente : comment trouver des documents à jour, précis, mais aussi accessibles pour des élèves en cours d’apprentissage ? Le site d’information géographie Géoimage pourrait devenir un outil précieux dans l’arsenal des possibilités à disposition des professeurs d’Abibac. 

Le site Géoimage – https://geoimage.cnes.fr/fr – a vu le jour en octobre 2017[1]. Il propose une large gamme de commentaires de photographies satellites. Celles-ci – de qualité exceptionnelle – sont fournies par le Centre national d’études spatiales (CNES). Notamment animé par le géographe spécialiste de la mondialisation, Laurent Carroué, le site met à disposition des internautes des images du monde entier. 

A la différence d’autres offres en ligne comme Google earth, Géoimage a l’avantage de fournir en plus des images – et gratuitement, en accès direct et téléchargeables – des commentaires scientifiques de qualité. Ceux-ci permettent de s’approprier rapidement les territoires représentés en indiquant au lecteur les enjeux géographiques illustrés par chaque photo satellitaire. A ce jour, le site a mis en ligne près de 360 dossiers et donne des éléments sur 92 pays. La plus-value du site pour les enseignants est grande. Il est un outil performant pour se former : les commentaires peuvent devenir des exemples utilisés en cours et illustrés d’images spectaculaires et parlantes.

Pourtant, dans la perspective des sections Abibac, les perspectives pédagogiques s’avèrent assez vite limitées. Le fait que la majorité des notices soit écrite en français constitue un frein pour un enseignement en langue allemande. Cependant, cette difficulté constitue aussi une belle potentialité pour les élèves de section Abibac.  

En effet, Géoimage repose sur un fonctionnement ouvert. De nombreux contributeurs sont des enseignants du secondaire. De plus, la dimension DNL a été prise en compte quand l’architecture du site a été définie. Il y a déjà sur le site une quarantaine de « dossiers en langue étrangères »[2]. La très grande majorité de ces contributions sont aujourd’hui des traductions du français à l’espagnol réalisées par des élèves de Bachibac. C’est désormais aux sections Abibac de relever le défi !

Les bénéfices immédiats sont grands. La traduction constitue d’abord un excellent exercice d’appropriation du vocabulaire comme du raisonnement géographiques. Par ailleurs, alimenter le site Géoimage en commentaires en allemand, c’est mettre à disposition des exemples permettant de traiter le programme d’Abibac. Une première traduction est exploitable en Terminale (chapitre « mers et océans : au cœur de la mondialisation »). Cette notice sur les bases sous-marines chinoises de l’île d’Hainan permet de disposer d’une ressource en allemand sur les tensions en mer de Chine méridionale[3]. Un investissement des sections Abibac dans la traduction ou la conception de notices – en particulier sur l’Allemagne, l’Autriche et l’Europe centrale – permettrait aussi d’augmenter le nombre de commentaires portant sur le monde germanique. En effet, si on considère le poids économique et politique de l’Allemagne en Europe comme dans la mondialisation, ce territoire reste sous-représenté parmi les dossiers. 


[1] https://geoimage.cnes.fr/fr

[2] https://geoimage.cnes.fr/fr/geoimage/ressources-en-langue-etrangere

[3] „China – Hainan : Marinestützpunkte Yulin und Yalong, Machtprojektion und Grenzkonflikte im Südchinesischen Meer“  Notice de Laurent Carroué traduite par Marcus Bracht et Xavier Desbrosse. https://geoimage.cnes.fr/fr/geoimage/china-hainan-marinestutzpunkte-yulin-und-yalong-machtprojektion-und-grenzkonflikte-im

Les frontières fantômes, un nouveau concept pour penser le « mur dans les têtes » ?


A la suite de l’effondrement du système communiste et de l’unification allemande, la thématique du « mur dans les têtes » s’est largement imposée. Médias, artistes et chercheurs ont d’ailleurs largement repris cette image de la frontière mentale lors du trentième anniversaire de l’ouverture du Mur de Berlin[1]. Si l’image de la frontière dans les têtes est fortement mobilisée, les discours qui accompagnent cette métaphore peuvent diverger. Alors que le Berliner Zeitung souligne que « 72% des Est-Allemands continuent de voir un mur dans les têtes », le Spiegel[2] démontre que ce mur recule. La recherche menée dans le cadre de la fondation Otto Brenner représente à cet égard une synthèse utile[3], même s’il est étonnant qu’elle n’ait été réalisée que par  des psychologues.

            Cette notion de « mur dans les têtes » est également fortement présente dans les manuels scolaires où elle permet d’alimenter la discussion autour des conséquences géographiques, sociales et culturelles de la réunification. Cette notion gagnerait à être abordée conjointement avec le concept de frontières fantômes proposé par Béatrice von Hirschhausen et développé dans le cadre d’un réseau de recherche financé entre 2011 et 2017 par le ministère fédéral allemand de l’Enseignement et de la Recherche (www.phantomgrenzen.eu). Le concept de frontières fantômes a été choisi « par analogie avec les apparitions, hésitant entre corporéité et fantasme, de défunts et de vaisseaux disparus. L’idée de frontières fantômes ([…] dans certains cas de « spatialités fantômes », de « territorialités fantômes » ou de « géographies fantômes ») joue de cette double nature corporelle et fantasmatique ; elle joue aussi d’une métaphore secondaire, celle des douleurs fantômes ressenties dans un membre amputé. Du fantôme, les rémanences spatiales étudiées tiennent le même caractère imprévisible: elles peuvent apparaître sur des cartes à l’occasion d’un rendez-vous électoral, par exemple, mais rester invisibles sur d’autres cartes »[4].

            L’intérêt pédagogique du concept de frontières fantômes est pluriel. Il permet de comprendre la visibilité sélective du phénomène frontalier tout en considérant l’image géographique du « mur dans les têtes » au niveau de l’Europe centrale et non uniquement au niveau allemand. Il peut enfin permettre de jouer avec la complexité de la frontière, complexité qui vient – contrairement à ce que cache l’expression « un mur dans les têtes » – autant du futur que du passé.

L’intérêt pédagogique du concept de frontières fantômes est pluriel. Il permet de comprendre la visibilité sélective du phénomène frontalier tout en considérant l’image géographique du « mur dans les têtes » au niveau de l’Europe centrale et non uniquement au niveau allemand. Il peut enfin permettre de jouer avec la complexité de la frontière, complexité qui vient – contrairement à ce que cache l’expression « un mur dans les têtes » – autant du futur que du passé.

La frontière fantôme, une frontière observable… ou non 

Le projet de recherche sur les frontières fantômes permet en premier lieu de démontrer que « le mur dans les têtes » existe aussi en Pologne, en Ukraine ou en Roumanie, quand bien même ces pays n’ont pas été marqués par la construction d’une frontière interne telle le Mur de Berlin. Lorsque la permanence de la frontière est évoquée dans le discours médiatique ou scientifique, la géographie électorale est souvent convoquée. Dès lors, des cartes portant sur le vote pour le parti Die Linke ou pour le parti AfD sont proposées pour alimenter la réflexion. Les cartes ci-dessous représentent les résultats électoraux par circonscription lors du second vote aux élections législatives allemandes de 2017.


Sur les deux premières cartes, la frontière fantôme entre l’ancienne Allemagne de l’Ouest et l’ancienne Allemagne de l’Est n’est pas observable alors qu’elle l’est sur les figures 3 et 4. En effet, la CDU a remporté le premier vote dans une très grande partie des circonscriptions allemandes sans qu’une différenciation Est-Ouest ne soit perceptible (figure 1). De même, le choix de la CDU au second vote distingue la Bavière mais la distinction Est-Ouest n’est pas observable (figure 2). En revanche, les figures 3 et 4 permettent d’observer ce clivage Est-Ouest. Les votes pour les partis Die Linke et pour l’AfD peuvent être expliqués par une volonté plus forte en ex-Allemagne de l’Est de recourir à des votes dits protestataires. Les causes profondes de ces choix politiques ne sont pas l’objet de cet article. Ce qui est intéressant de remarquer – et de faire remarquer à nos élèves – c’est la relativité de la différenciation Est-Ouest. Ainsi, tel un fantôme qui apparaît par intermittence, la frontière est observable pour certaines considérations mais pas pour d’autres. Le concept de frontière fantôme permet ici, davantage que ne l’autorise la simple notion de « mur dans les têtes », de rendre compte de la pluralité des dynamiques spatiales.

            Ce phénomène n’est cependant pas exclusif à l’Allemagne puisqu’il peut également être observé en Pologne et Roumanie, quand bien même l’héritage du Mur de Berlin et du Rideau de fer ne peut ici être utilisé.

La frontière fantôme : une réalité centre-européenne ?

La frontière fantôme serait ainsi non pas une spécificité allemande liée au Mur de Berlin mais une caractéristique de la Mitteleuropa particulièrement prégnante au niveau des anciennes frontières impériales autrichiennes, russes ou prussiennes.

Comme pour la frontière fantôme entre l’ex-Allemagne de l’Est et l’ex-Allemagne de l’Ouest, ce sont les cartes de géographie électorale qui permettent d’appréhender en Pologne les dynamiques politiques liées aux anciennes frontières impériales. Le second tour des élections présidentielles polonaises de 2015 opposant A. Duda et B. Komorowski fut l’occasion de constater cette rémanence. La carte ci-dessous montre à la fois l’impact spatial quasi-inexistant des frontières nationales polonaises de 1921 à 1939 (en blanc sur la carte) et l’impact spatial prédominant des frontières impériales de la période précédant la création de l’Etat polonais en 1918 (en noir).

Sur les deux premières cartes, la frontière fantôme entre l’ancienne Allemagne de l’Ouest et l’ancienne Allemagne de l’Est n’est pas observable alors qu’elle l’est sur les figures 3 et 4. En effet, la CDU a remporté le premier vote dans une très grande partie des circonscriptions allemandes sans qu’une différenciation Est-Ouest ne soit perceptible (figure 1). De même, le choix de la CDU au second vote distingue la Bavière mais la distinction Est-Ouest n’est pas observable (figure 2). En revanche, les figures 3 et 4 permettent d’observer ce clivage Est-Ouest. Les votes pour les partis Die Linke et pour l’AfD peuvent être expliqués par une volonté plus forte en ex-Allemagne de l’Est de recourir à des votes dits protestataires. Les causes profondes de ces choix politiques ne sont pas l’objet de cet article. Ce qui est intéressant de remarquer – et de faire remarquer à nos élèves – c’est la relativité de la différenciation Est-Ouest. Ainsi, tel un fantôme qui apparaît par intermittence, la frontière est observable pour certaines considérations mais pas pour d’autres. Le concept de frontière fantôme permet ici, davantage que ne l’autorise la simple notion de « mur dans les têtes », de rendre compte de la pluralité des dynamiques spatiales.

            Ce phénomène n’est cependant pas exclusif à l’Allemagne puisqu’il peut également être observé en Pologne et Roumanie, quand bien même l’héritage du Mur de Berlin et du Rideau de fer ne peut ici être utilisé.

La frontière fantôme : une réalité centre-européenne ?

La frontière fantôme serait ainsi non pas une spécificité allemande liée au Mur de Berlin mais une caractéristique de la Mitteleuropa particulièrement prégnante au niveau des anciennes frontières impériales autrichiennes, russes ou prussiennes.

Comme pour la frontière fantôme entre l’ex-Allemagne de l’Est et l’ex-Allemagne de l’Ouest, ce sont les cartes de géographie électorale qui permettent d’appréhender en Pologne les dynamiques politiques liées aux anciennes frontières impériales. Le second tour des élections présidentielles polonaises de 2015 opposant A. Duda et B. Komorowski fut l’occasion de constater cette rémanence. La carte ci-dessous montre à la fois l’impact spatial quasi-inexistant des frontières nationales polonaises de 1921 à 1939 (en blanc sur la carte) et l’impact spatial prédominant des frontières impériales de la période précédant la création de l’Etat polonais en 1918 (en noir).


Le cas des disparités régionales en Pologne montre donc que tout héritage frontalier ne donne pas systématiquement lieu à l’émergence d’une frontière fantôme car les frontières de 1921 n’ont pas d’impact spatial sur la géographie électorale polonaise. Il témoigne aussi de la visibilité intermittente de la frontière fantôme dans la mesure où la discontinuité politique observable ne correspond aucunement aux discontinuités géoéconomiques traditionnellement mises en avant lors de l’analyse des inégalités régionales en Pologne. La figure6 montre que les inégalités régionales en Pologne sont marquées par une opposition – classique au sein de l’Union européenne – entre la région métropolitaine de Varsovie et les régions non métropolitaines. Ainsi, les anciennes frontières impériales ne donnent lieu à aucune discontinuité au niveau économique mais représentent une ligne de fracture majeure au niveau politique.

La frontière fantôme : une frontière qui nous vient du futur ?

Un constat similaire peut être réalisé au sujet des disparités régionales en Roumanie. Béatrice von Hirschhausen a pu démontrer que l’accès aux installations d’eau potable était très inégal entre les régions roumaines[5]. Prenant pour exemple le Banat et l’Olténie, elle dresse le constat d’une similarité dans les équipements domestiques (télévisions, ordinateurs, accès à internet) mais une grande différence dans les investissements destinés à l’eau courante (robinets dans la cuisine, pompes dans les puits).


Ces inégalités résultent à la fois d’un héritage historique mais aussi d’une projection différente vers l’avenir. Les enquêtes menées auprès des populations locales ont révélé des visions différentes des territoires et du progrès. Les villages de la région du Banat, qui a fait partie de l’ancien empire austro-hongrois des Habsbourg, se distinguent certes par leur architecture rappelant l’Europe centrale mais ce sont surtout les représentations territoriales des habitants et leur projection dans l’avenir qui les différencient des villages d’Olténie[6] :

« Dans le Banat, il s’agit de renouer, après l’épisode malheureux de la domination soviétique, avec le « destin géographique » d’une région considérée, par les habitants eux-mêmes, comme intrinsèquement « moderne » et vouée de longue date au développement. La ressemblance architecturale des villes et des villages avec ceux de l’Europe des Habsbourg, le baroque des bâtiments civils et religieux, mais aussi le tissage serré des sociétés urbaines et villageoises, les confortent dans cette vision de l’histoire régionale. Et cette foi partagée guide les choix des habitants, leurs investissements dans l’amélioration de leur habitat, comme d’ailleurs dans la modernisation de leur outillage agricole ou dans la formation professionnelle ou universitaire de leurs enfants. « Si il n’y avait pas eu le communisme, nous serions aujourd’hui au niveau de l’Allemagne », entend-on souvent dire dans ces villages. Ici la foi dans l’avenir est articulée à la confiance en son propre passé. Cette dernière donne l’assurance de pouvoir s’adosser aux solides bâtisses construites par les générations précédentes. On peut « rattraper » le temps perdu en prenant appui sur l’héritage. En Olténie , rien de comparable. Les villageois ne peuvent recourir à la même prophétie et le présent postsocialiste, marqué au sceau d’une brutale désindustrialisation, apparaît trop peu intelligible pour permettre un pronostic optimiste sur l’avenir et pour justifier des stratégies parcimonieuses d’avancée à petits pas, via l’amendement de l’existant. »[7]                    

Cette comparaison entre le Banat et l’Olténie souligne l’ambivalence de la frontière. Cette dernière ne doit pas être uniquement perçue comme un héritage du passé car les diverses représentations des habitants vis-à-vis d’eux-mêmes, de leur avenir, du progrès, engagent des trajectoires différenciées, d’où la formulation provocatrice de B. von Hirschhausen selon lesquelles « les traces du passé nous viennent aussi du futur »[8]. Et cette ambivalence temporelle de la frontière se retrouve dans la métaphore du fantôme :

« on ne sait jamais très bien, en présence d’un fantôme, ce qui procède du défunt (de sa corporéité et de son histoire) ou d’une projection de l’imaginaire de ses témoins oculaires dans l’ordre des vivants. C’est du côté de cette double nature que nous cherchons à tirer la métaphore afin de penser des dynamiques à l’œuvre particulièrement ambivalentes »[9].

Le concept de frontière fantôme permet donc d’envisager une approche pédagogique à la fois originale et rassurante. Originale car la dimension conceptuelle des frontières fantômes vient utilement renouveler l’image des frontières mentales qui semble épuisée et qui semble avoir perdu de sa capacité réflexive. Rassurante car l’approche pédagogique mobilisant des documents connus des élèves (cartes de géographie électorale, analyse de témoignages des habitants) permet d’inscrire le concept des frontières fantômes – ambitieux sur le plan théorique – dans la continuité de leurs apprentissages.



[1] https://www.bz-berlin.de/deutschland/72-prozent-der-ostdeutschen-sehen-noch-immer-eine-mauer-in-den-koepfen, https://regierungsforschung.de/30-jahre-mauerfall-30-jahre-mauer-in-den-koepfen

[2] https://www.spiegel.de/politik/deutschland/ost-und-westdeutsche-sind-sich-immer-weniger-fremd-a-15334a23-7801-4040-931f-609e963ec1fd.

[3] https://www.otto-brenner-stiftung.de/fileadmin/user_data/stiftung/02_Wissenschaftsportal/03_Publikationen/AP42_Einheitsmentalitaet.pdf.
[4] Hirschhausen B. von, 2017/2, « Leçon des frontières fantômes : les traces du passé nous viennent (aussi) du futur », L’espace géographique, n°46, pp.97-105. En ligne : https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2017-2-page-97.htm.

[5] Hirschhausen B. von, 2015, « Phantomgrenzen zwischen Erfahrungsraum und Erwartungshorizont. Konzeptionelle Reflexionen an einem empirischen Beispiel ». In Hirchhausen B. von, Grandits H., Kraft C., Müller D., Serrier T. (dir.), Phantomgrenzen. Räume und Akteure in der Zeit neu denken. Göttingen : Wallstein Verlag, p. 84-106.

[6] L’Olténie est une région historique de Valachie, qui, avec la Moldavie, forma au XIXème siècle la Roumanie.


[7] Hirschhausen B. von, 2017/2, « De l’intérêt heuristique du concept de « fantôme géographique » pour penser les régionalisations culturelles », L’espace géographique, n°46, p. 106-125. En ligne : https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2017-2-page-106.htm.

[8] Hirschhausen B. von, 2017/2, « Leçon des frontières fantômes… », article cité. En ligne :  https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2017-2-page-97.htm.

[9] Hirschhausen B. von, 2017/2, « De l’intérêt heuristique du concept de « fantôme géographique », article cité. En ligne : https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2017-2-page-106.htm

 

Habsburger.net

Voici un site internet consacré à l’histoire de la famille des Habsbourg au sens très large, et qui pourra être utilisé sur de nombreux points en 2e et 1e notamment. On y trouve entre autres différents dossiers thématiques depuis une petite étude de la société des villes au Moyen-Age , l’évolution de lieux de pouvoir comme la Hofburg ou Schönbrunn, un sujet sur réforme et contre réforme en Autriche , la conquête napoléonienne et sa réception en Autriche, le congrès de Vienne et la question des nationalités au XIXe siècle , une expo virtuelle sur la 1ere Guerre mondiale comportant l’accès à de nombreux documents originaux dont le texte d’un journal de guerre d’un prisonnier autrichien en France entre juillet et octobre 1914 ; mais aussi des biographies de tous les Habsbourg (dont une sur Marie-Antoinette, pas trop longue et divisée en courts chapitres) et enfin, des modules pour les professeurs pour lesquels on peut même avoir la correction. Bref, un site à connaître, utilisable pour les cours et pour faire travailler les élèves.

Hélène Roelens-Flouneau, Lycée Faidherbe de Lille

L’expérience « AbiBac » et mes études en médecine

Par Romain Girard, lycée Fabert de Metz

Je m’appelle Romain, j’ai bientôt 20 ans et je vais rentrer en 3e année de médecine. Voilà maintenant deux ans que j’ai eu mon baccalauréat et mon Abitur grâce au double-cursus Abibac que j’ai réalisé au lycée Fabert à Metz !

Si je dois résumer mes années AbiBac en un mot, je dirais épanouissement. En effet, lors de mes trois années lycée, j’ai pu m’épanouir tant scolairement que personnellement.

J’ai toujours voulu approfondir mes connaissances en langues étrangères et plus particulièrement en allemand, déjà parce que j’habite à proximité de la frontière, mais également parce que cette langue me passionne, notamment par sa rigueur. La culture et l’histoire de ce pays sont riches, et c’est grâce à ce parcours en Abibac que j’ai pu les découvrir ou redécouvrir. C’est aussi grâce à ce double cursus que l’on apprend à bien s’exprimer, bien sûr en allemand mais aussi en français, en ayant un discours clair, précis et bien construit.

Durant ces trois années, on s’ouvre au monde par le biais des voyages, la découverte d’une nouvelle culture. J’ai pu participer en Seconde à un programme Sauzay pendant deux mois, qui m’a certes apporté de nombreuses choses sur le plan scolaire mais davantage sur le plan personnel. Je suis ressorti de ces deux mois d’échange en ayant davantage confiance en moi, en étant plus indépendant et plus ouvert au monde. Je suis donc parti à Nuremberg, en Bavière, où j’ai pu découvrir l’école allemande, l’histoire de cette magnifique ville et connaître mon correspondant Tim et ses parents, toujours adorables avec moi. J’ai même pu assister à un procès grâce à la mère de mon correspondant qui était juré ! J’ai gardé contact avec eux, j’ai même réalisé des échanges de deux semaines durant les deux années suivantes et j’ai encore régulièrement de leurs nouvelles !

L’Abibac, ce n’est pas seulement l’apprentissage d’une langue, mais la découverte d’une culture, de soi-même et cela nous rend plus mature.

Ce parcours est exigeant, demande de la rigueur et permet de se préparer aux études supérieures. J’ai toujours été passionné par la science et les sciences humaines et c’est pourquoi je me suis dirigé vers des études dans le domaine médical. Je suis actuellement en troisième année de médecine à Nancy. Ce choix peut vous paraître un peu incongru étant donné qu’il n’a, d’apparence, aucun lien avec la langue allemande. Cependant, le parcours Abibac m’a servi pour réussir mes études médicales. En effet de la rigueur, de l’ouverture d’esprit, de l’indépendance sont nécessaires dans tous les cursus post-bac et ce sont des compétences que l’on acquiert durant ce cursus exceptionnel. Alors quelles que soient vos ambitions post-bac, dites-vous que ce que vous avez appris en Abibac vous servira toute votre vie. De plus je suis intéressé par des cursus de recherche médicale et l’ouverture européenne (et internationale) que m’ont offert mes années lycée peut être un atout majeur durant les années à venir. L’Allemagne est un pays leader de la recherche en Europe et cela peut ouvrir de nombreuses perspectives par la suite ! Bien connaître une langue est d’ailleurs toujours un atout, quel que soit notre futur métier.

Alors si vous voulez découvrir la culture allemande, son histoire et sa langue et que vous souhaitez également mûrir, vous développer personnellement, choisissez un parcours Abibac, éclatez-vous et surtout profitez-en pour faire un échange !

Un grand merci aussi à tous mes professeurs d’AbiBac qui sont toujours disponibles et à l’écoute pour nous aider !

Mes études en sciences politiques au sein d’un cursus franco-allemand

Par Pauline Grimmer, ex-Abi du lycée Fabert de Metz

Je suis née et ai grandi à Metz. La proximité géographique et historique de cette ville avec l’Allemagne m’a poussée à apprendre l’allemand dès la sixième. Désireuse d’en savoir encore plus sur la langue et la culture allemande, c’est tout naturellement que je me suis dirigée vers une classe AbiBac au lycée. J’ai finalement obtenu mon AbiBac au Lycée Fabert en 2014.

Après ces trois années d’apprentissage intense de la langue allemande, je ne souhaitais pas abandonner mon niveau que je considérais comme un précieux outil, à la fois pour ma vie personnelle et professionnelle. Surtout, mes quelques séjours et échanges linguistiques en Allemagne effectués dans le cadre scolaire ont développé mon envie d’y expérimenter la vie quotidienne sur le long terme. J’ai ainsi suivi des études en sciences politiques au sein d’un cursus franco-allemand entre Sciences Po Aix-en-Provence et l’Albert-Ludwigs-Universität Freiburg.

Je ressors de ces cinq années d’études grandie. En effet, quitter le confort du foyer familial à 17 ans pour partir s’installer outre-Rhin était une grande aventure, mais j’ai pu compter sur les solides bases fournies par l’AbiBac pour suivre les cours intégralement dispensés en allemand, au même titre que les étudiants locuteurs natifs. Intégrer un cursus universitaire franco-allemand permet une immersion totale dans le pays partenaire. Grâce à mes années passées à Fribourg, j’ai pu non seulement considérablement perfectionner ma maîtrise de la langue de Goethe, mais également découvrir une autre culture, une autre vision du monde du travail, un autre système académique, avec ses propres méthodes et contraintes, etc. Ces années m’ont apporté rigueur, capacité d’adaptation et des compétences interculturelles qui sont aujourd’hui les clés d’une carrière professionnelle dans un monde globalisé.

Pour ma part, cette expérience franco-allemande a également confirmé et renforcé mon intérêt pour l’Union Européenne. C’est ainsi que je me suis spécialisée en politiques européennes lors de ma dernière année d’études à Sciences Po. J’ai par la suite intégré le Collège d’Europe à Bruges pour une année d’études supplémentaire, où des étudiants de près de quarante nationalités différentes se penchent sur divers sujets européens, tels que le droit, l’économie, la politique et la diplomatie.

Après ces six années d’études, j’ai trouvé un premier emploi en affaires publiques européennes à Bruxelles, où le multilinguisme et le multiculturalisme sont la norme. Même si l’anglais y est la langue de travail dominante, la maîtrise de l’allemand et des codes culturels germaniques représente un atout considérable compte tenu du nombre de germanophones présents dans la capitale de l’Europe. L’AbiBac représente donc une réelle ouverture d’esprit, une curiosité sur le monde et sur les autres qu’il est bon de conserver tout au long de sa vie professionnelle et personnelle. C’est un défi intellectuel qui vaut la peine d’être relevé.

Ein sehr französisches Jahr: Der Anfang eines deutsch-französischen Politikwissenschaftsstudium zwischen Lille und Münster

Von Timo Bijelic

Eigentlich hat dieser Bericht keinen Platz in einer Revue über bikulturelle Studienerfahrungen, denn das erste Jahr meines binationalen Studiums in Frankreich war, auf vielen Ebenen, durch und durch französisch. Sicher, es gab am Anfang des Studienjahrs ein interkulturelles Training, mit Übersetzung und händchenhaltenden Pappfiguren sowie einem Austausch von Sprichwörtern, charmant genug für ein Segment bei Artes Karambolage, es gab einen wunderbaren Sprachunterricht, und einen eigenen Kurs, um sich mit dem Medienalltag und der politischen Kultur Frankreichs vertraut zu machen, und ja, der Studienzweig ist paritätisch aus Franzosen und Deutschen besetzt, wobei die Frankophilie die Liebe zum Deutschen wohl überwog.

Doch dies alles vermochte es nicht, das Urfranzösische meiner Erfahrung auch nur in Ansätzen zu mindern, und die Schuld dafür liegt bei der Institution, die mich in meinem ersten Jahr beherbergte: Science Po Lille. Das Prinzip der republikanischen Elitenbildung, dem Science Po sich verschrieben hat – die verschiedenen Science Po gelten im Allgemeinen als Grundschule der Eliteschule ENA, aus der bis jetzt einen großen Teil der Elite und alle Präsidenten gekommen sind – ist derartig einmalig, dass man als Deutscher, selbst mit französischen Wurzeln, gnadenlos integriert wird, mit allen Vor- und Nachteilen. Schnell muss man sich an die Starrheit gewöhnen, das Mittippen in den Vorlesungen, das elendige Schwammlernen, dass den Franzosen seit zwei Jahren eingebläut wird, und welches nur mühselig im Laufe des Jahres aufgegeben wird, die Hausaufgaben, die Anwesenheitspflicht, und, vielleicht am schlimmsten, das ständige Messen, der Drang nach la moyenne, wenn Science Po dies auch zu lockern versucht. Es kann in den ersten Wochen angsteinflößend und gängelnd sein, die Freiheit eines deutschen Studiums fehlt den handausgesuchten Franzosen. Die erste Landung Frankreich scheint dementsprechend wenig appetitlich, doch wenn man sie einmal verdaut hat, die Prinzipien versteht, und seinen eigenen Ansatz aus Deutschland anwendet, ein wenig freier, auf Verständnis gebaut, dann kombiniert sich Freiheit mit Rigueur, der Schlendrian, zu dem deutschen Unis einladen können, wird verhindert, Deadlines helfen, sich kaum zu verlieren. Ohne den französischen Druck entspannt sich auch das Lehrpersonal, und man taucht tief ein in ein weites Spektrum, von Wirtschaft über Geschichte bis Soziologie, welches in dieser Bandbreite der französischen Seele tief auf den Zahn fühlt. Auch erste, eigene interkulturelle Erfahrungen werden möglich, wenn man die Vorteile beider Lernsysteme kombiniert, freies Denken, aber in strenger, organisierter Form, und damit das Beste aus beiden Welten zieht. Wenn man an diesen Punkt angekommen ist, das französische Lehrpersonal durch rege Beteiligung auf seine Seite sieht, den Druck des Namens Science Po übersteht, wird das Studienjahr reich an Erfahrungen, und man lernt eben soviel über Frankreich selbst wie über die unterrichteten Materien.

Auch abseits der schulischen Aspekte ist dieses erste Jahr die volle Ladung Frankreich. Lille ist nicht bikulturell geprägt, kein Straßburg, Deutsch ist kaum vorhanden, Deutschland ein fernes Land, man ist französisch, und dies noch auf eine sehr eigene Art, nordfranzösisch – die Klischees aus erfolgreichen Komödien stimmen tatsächlich, wenn man sich auf die Wärme der Menschen bezieht, und das oft triste Wetter. Kommilitonen sind in der Mehrheit französisch, Jahre verpasster französischer Jugend lassen sich in Monaten aufholen, schnell versteht man den Anderen, und die enge Gruppe – nur 40 Personen beteiligen sich an diesem Studiengang – erzwingt bikulturelle Erlebnisse aller Art. Der französische Takt wird übernommen, und spätestens nach der ersten Verspätung, bei der man in der Bahn ein frisches Croissant herunterschlingen muss, ist man final angekommen.

Nein, dieser Kurs ist nicht per se bikulturell, sondern urfranzösich, doch genau richtig, wenn man auf eigenen Faust Bikulturelles schaffen will und zudem Frankreich kennenlernen möchte, sosehr, wie es sich oft selbst nicht kennt, akademisch, und ganz alltäglich. Es ist gelebte statt vorgegebenen Interkulturalität, gemachte statt nur gedachte, und zugleich selbst für Deutsch-Franzosen eine wundervolle Fremderfahrung.

Une année en Allemagne entre la 2nde et la 1ère AbiBac !

Par Robin Faucuit, lycée Alphonse Daudet de Nîmes

Je m‘appelle Robin Faucouit et je suis élève de 1ère ABIBAC au lycée Alphonse Daudet de Nîmes. Je tenais à vous faire part de mon expérience ABIBAC et de mes années lycée ainsi que de mon parcours plutôt atypique qui je l’espère vous donneront aussi à vous, l’envie de rejoindre la communauté !!

Alors pour être tout à fait honnête avec vous, lorsque je suis arrivé en seconde ABIBAC, j’avais très peur parce que je n’avais aucune idée de ce dans quoi je me lançais. Mon niveau d’allemand n’était pas terrible à vrai dire… Mais finalement vous n’avez pas à vous faire de soucis parce que la première année est une année de mise à niveau.

Pas de littérature au programme, simplement des discussions sur une multitude de thèmes différents ainsi que de l’histoire-géographie. Cela m’a donné l’occasion de bien enrichir mon vocabulaire et d’adopter une certaine aisance à l’oral. Comme vous le savez sûrement déjà, vous passerez le dernier trimestre en Allemagne. C’est une chance qui vous est offerte afin de faire des progrès considérables. Vous en reviendrez changés avec des étoiles plein les yeux. Bien sûr, charge à vous de ne pas tarder à chercher puis trouver un correspondant ou une famille d’accueil. Si vous partez dans le cadre d’un programme Sauzay, vous pourrez avoir accès à une subvention.

Pour ma part, je suis allé à Berlin et j’ai logé dans une famille d’accueil que j’ai trouvée par le biais de l’OFAJ. J’ai tellement aimé ces quelques mois dans cette magnifique ville qu’est Berlin que j’ai décidé d’y rester encore un petit bout de temps et de passer une année complète à l’étranger. Si vos parents sont d’accord et que vous trouvez une famille ou un endroit sûr où loger, je vous conseille fortement de tenter l’expérience. Pour ne pas exagérer, ça a été la meilleure année de ma vie jusqu’à maintenant. J’ai tellement appris !!

Cela m’a apporté beaucoup. J’y ai découvert un système scolaire très individualisé. Les horaires de cours me permettaient de pratiquer toutes sortes d’activités l’après-midi…c’est juste génial. A l’école j’étais traité comme n’importe quel autre élève allemand, j’avais même pour objectif de rester un an de plus pour y passer mon bac. Mais je m’y suis résigné car il est beaucoup plus intéressant pour moi de passer mon bac en France et d’obtenir un double diplôme via l’ABIBAC que de rester en Allemagne et d’obtenir uniquement l’Abitur.

Je suis donc rentré en France et cette année j’ai poursuivi mon cursus ABIBAC en première dans le même lycée après avoir redoublé. L’année de 1ère marque un changement radical qui s’observe principalement dans les cours d’allemand qui se sont transformés en cours de littérature allemande. Cette matière demande du travail et de l’investissement car les livres (aux choix du professeur) ne sont pas des plus simples et sont pour la plupart écrits en allemand de l’époque. En comparaison vous ferez le même travail que ce que vous faites en français depuis toujours (commentaires composés, analyses…).

Mais ne vous découragez pas, tout cela vous sera expliqué et vous procéderez étape par étape. Le programme d’histoire-géographie suit son cours…

Cette section demande un investissement personnel conséquent, mais il faut aussi voir le bon côté des choses, cette section vous apportera beaucoup au niveau linguistique mais aussi au niveau culturel. Les thématiques abordées sont plutôt intéressantes et l’apport de la mention Abitur en plus du baccalauréat sur le CV est toujours un avantage non négligeable.

Street Art an der Berliner Mauer – Schüler im Dialog mit Thierry Noir

von Alexander Schröer, Koordinator des Bilingualen Zuges und des Abibac am Otto Schott-Gymnasium Mainz und teilabgeordnete Lehrkraft am Ministerium für Bildung des Landes Rheinland-Pfalz

Dokus, virtuelle Begegnungen, Internetrecherchen: in diesen wirren Corona-Zeiten merken wir schmerzhaft, wie bereichernd persönliche Begegnungen sind. Der Bericht über eine Veranstaltung im Institut français im letzten Jahr zeigt dies und lädt ein, auch jüngeren Schülern Verantwortung und Vertrauen in ihr Können zu schenken.

Die Leiterin des Institut français in Mainz, Aline Oswald, lud uns ein, einen öffentlichen Abend mit Thierry Noir zu gestalten. Er ist Franzose, seit den 80er Jahren in Berlin lebend und von da an fing er an, die Mauer bemalen. Im letzten November kam er dann nach Mainz ins Institut français, um in einem Gespräch an seinem Leben und seinem Werk teilhaben zu lassen.

Seine emblematischen Köpfe haben über die Jahrzehnte nichts von ihrer Frische verloren und so verwundert es nicht, dass sich in der damaligen 9a (la classe de 3ème de la section bilingue) spontan etliche Schülerinnen und Schüler meldeten, sich außerhalb des Unterrichts mit seiner Kunst zu beschäftigen und dann, gut vorbereitet, an dem Gespräch im Institut français (an einem Samstagabend!) teilzunehmen – und das vor großem Publikum. Max Jakob, Mathis Knop, Nils Kohlmeyer, Jakob Reinhardt, Vincent Serre und Alexander Steinbach hatten zusammen die Veranstaltung vorbereitet, an der Gesprächsrunde nahmen dann „auf der Bühne“ Alexander und Vincent teil.

Fig.2 (© Institut français de Mayence)


Das Publikum erfuhr viel über die subversiven künstlerischen Aktionen, über das Leben „vor“ der Mauer und auch über die Veränderungen nach dem Mauerfall. Die beiden Mitdiskutierenden meisterten ihre Aufgabe mit Bravour. Kunst verbindet die Generationen, sie wandelt sich und hat doch Bestand. Zum Abschied und als Dank erhielten alle Beteiligten eine Zeichnung von Thierry Noir.

Die Erfahrungen der Schüler

Die Schüler sagten im Nachhinein, dass es viel spannender war, einen Künstler „live“ kennenzulernen und so viel unmittelbarer das, was man aus Büchern, Webseiten und Videos erfahren hat, zu erleben. Dass Kunst nicht ein Mittel der Politik ist, wurde klar, als Thierry Noir erklärte, dass ihn die Mauer vor allem ästhetisch zu seiner Kunst gebracht habe, weniger politisch. Exemplarisch hier die Eindrücke von Alexander Steinbach:

„J’ai tellement appris de la soirée et de sa préparation. Trouver les questions et de faire des recherches, jusqu’à l’entretien avec M. Noir. C’était une expérience que je n’oublierai jamais. J’ai toujours aimé parler en public et avoir l’opportunité de le faire à un tel niveau était incroyable. Je me souviens encore des questions et des nerfs que je ressentais avant la soirée, c’était génial. »

Fig. 3 (© Institut français de Mayence)

Wir danken Aline Oswald und dem Institut français für die schöne Idee und die entspannte Kooperation und hoffen, dass wir bald wieder solche Abende gestalten können.

Lorsque l’histoire franco-allemande éclaire l’« unité allemande »

par Sebastian Jung, enseignant d’histoire-géographie en section Abibac au lycée Albert Schweitzer du Raincy

La puissance de la langue réside dans la force des mots. Une approche franco-allemande permet d’en saisir la portée : du « signifiant » au « signifié » en passant par une « Begriffsgeschichte », les mots – « ce que parler veut dire » – sont un témoignage de leur époque. Ils sont description et allusion, vision programmatique ou porteurs d’un passé que l’on souhaite révolu. Indispensables accompagnateurs pour qui souhaite saisir le temps, ils sont autant de pièges au contemplateur. Parce que les mots subissent la violence de la dictée autant qu’ils ne dictent. C’est la raison pour laquelle les mots / die Wörter – et leur déclinaison conceptuelle (notion/concept/Begriffe/Konzepte) – sont au cœur des débats politiques et la cible des régimes à vocation totalitaire.
Le moment situé autour du 3 octobre 1990, constituant une nouvelle Allemagne, n’en est pas là. Pourtant les mots qui décrivent une réalité historique fêtée 30 ans plus tard – avec beaucoup moins de faste que le 9 novembre de l’année d’avant – méritent d’être interrogés. De quoi le 9 novembre 1989 était-il le signifié ? D’une simple « chute du mur » comme on le résume dans les manuels scolaires français – reprenant un leitmotiv allemand du « Fall der Mauer » ? En d’autres termes d’un moment soudain, brusque, insoupçonné, dont l’acteur serait un mur en lui-même (pourtant régulièrement rénové, amélioré, optimisé au cours des années 1980) ? Ou cette date ne serait-elle qu’une étape d’une révolution pacifique (« friedliche Revolution ») dont les bornes chronologiques se situent en amont au plus tard durant l’été 1989 et dont les espérances des acteurs en jeu, furent dans un temps difficilement saisissable, déçues ? Ouvrir cette brèche, c’est s’interroger sur cette fête nationale du 3 octobre, qui célèbre la « deutsche Einheit » (l’unité allemande), alors qu’en France le terme consacré est celui de la « réunification allemande » (« deutsche Wiedervereinigung »), que l’on trouve encore – mais de moins en moins – dans la littérature scientifique ou journalistique allemande.
En France le mot « réunification » désigne tant dans les manuels scolaires que dans les discours officiels, voire dans la littérature scientifique, la création d’une Allemagne nouvelle en 1990. Cette désignation est erronée. Jamais dans l’histoire un territoire allemand tel que défini dans le traité de Moscou du 12. Septembre 1990 (et qualifié de « traité 4 + 2 » en français et de « 2 + 4 Vertrag » en Allemagne» – on observera l’ordre des chiffres….) n’avait existé. Jamais une Allemagne se revendiquant « unifiée » n’avait été définie par une telle constitution démocratique (issue du Grundgesetz de mai 1949). Ni sur le fond, ni sur la forme l’Allemagne de 1990 ne fut une « réunification ». L’interprétation française s’explique : la « Wiedervereinigung », voilà les termes qu’employait le chancelier de la RFA Helmut Kohl en ce moment 1989-1990. Mais ces mots doivent être lus à l’instar des « blühende Landschaften » (ces « paysages florissants ») comme éléments de langage, auxquels des régimes non démocratiques (dont stalinien) auraient pu souscrire.
Pour éviter ce biais, le droit et la mémoire officielle allemande ont préféré le terme de « deutsche Einheit » – l’unité allemande. Le terme efface le passé, inscrit le présent dans le futur, dans un état de fait, qui implique et une reconnaissance des frontières et celle d’une loi fondamentale devenant constitution. De cette unité, l’historien du présent peine pourtant à voir les contours. Car l’unité fut une reprise en main (« Übernahme ») de l’Ouest sur l’Est. Une reprise en main symbolique, économique, financière, sociale et politique. Trente ans plus tard les signes d’une unité semblent lentement se dessiner avec des fractures Ouest-Est qui restent ouvertes. Elles sont aujourd’hui économiquement et démographiquement moins béantes, mais elles se lisent dans l’expression politique, y compris au sein du parti d’extrême droite AfD. Autrement dit : l’unité se situe davantage dans le présent que dans le passé.
Si en 1990 il n’y eut ni réunification, ni unité, c’est parce que l’Allemagne se situe dans un processus. Celui d’une unification. Une unification qui dure, prend son temps, ouvre le champ des possibles. Mais ce terme est pris, tant en français qu’en allemand : « l’unification allemande » comme « deutsche Einigung » renvoient à la création de l’Etat-nation allemand sous forme d’empire à partir de 1871.
Revenons-en à la langue : le plus proche du réel et du signifié est celui du processus : -tion en français, -ung en allemand. S’il faut décrire un processus long à partir de 1990 qui ne s’appuie pas sur le passé, il faut ajouter le terme de « nouveau », « neu ». Dès lors le moment du 3 octobre 1990 correspondrait à une « nouvelle unification allemande » ; « eine deutsche Neueinigung ».
Mais la nouveauté porte en elle promesses et finalités que le regard historique cherche à éviter. Reste alors à énumérer pour rester au plus près des réalités passées et des possibles futurs : la deuxième unité allemande – die zweite deutsche Einigung. Ou plus simplement un préfixe supplémentaire à « Einigung », que la langue française ne saurait traduire, parce qu’elle dit du processus le volontarisme et la contrainte : « Vereinigung ».

Pour aller plus loin :
KOSELLECK, Begriffsgeschichten, Studien zur Semantik und Pragmatik der politischen und sozialen Sprache, Frankfurt a/M, Suhrkamp, 2006.
Ilko-Sascha KOWALCZUK, Die Übernahme. Wie Ostdeutschland Teil der Bundesrepublik wurde, Munich, C. H. Beck, 2019.
Nicolas OFFENSTADT, Le pays disparu : sur les traces de la RDA, Paris, Gallimard, 2019 [version poche].
Heinrich August WINKLER, Geschichte des Westens. Vom Kalten Krieg zum Mauerfall, Munich, C.H. Beck, 2014 [pour une lecture par la « Wiedervereinigung »]
Edgar WOLFRAM, « Le mur », in Etienne FRANCOIS et Hagen SCHULZE, Mémoires allemandes, Paris Gallimard, 2001 [2007 pour la trad. frçse], p. 655-675.

QUE RESTE-T-IL DE LA PRUSSE ORIENTALE ?

Pour une approche géohistorique des frontières de l’Europe

Par Frank Tétart[1]

Le programme de spécialité HGGSP invite à une réflexion sur les frontières. Comme le rappelle le géographe Michel Foucher, l’Europe est le continent qui en a sans doute le plus produite. D’où l’intérêt pour nous, germanistes et enseignants en section ABibac, de s’interroger sur les frontières de l’Allemagne, non seulement sur la frontière Oder-Neisse, comme l’y invite le programme, mais aussi sur celles disparues dans le cataclysme de la Seconde Guerre mondiale.

A cet égard les frontières de la Prusse-Orientale, à l’origine du déclenchement de la guerre contre la Pologne en septembre 1939, sont particulièrement intéressantes, puisque ce territoire a disparu de la carte européenne au lendemain des accords de Potsdam, annexé par la Pologne et l’URSS, avant de « ressurgir » en quelque sorte après l’effrondement soviétique comme un trou noir sur la carte de l’Europe sous la forme de l’enclave russe de Kaliningrad (Figure 1).

Pour mettre en œuvre cette étude, je vous propose de travailler avec des cartes historiques, et avec le site GeoImage du Centre national d’études spatiales (CNES), qui propose de nombreuses ressources pour mettre en œuvre les nouveaux programmes de lycée, et pour lequel j’ai réalisé une analyse des photos satellites de cette région russe. Le croisement des cartes et des photos permet d’appréhender la construction politique des frontières, d’étudier paysages et territoire, et de réaliser des analyses multiscalaires grâce à la haute définition des photos satellites, qui favorise les zooms du régional au local.

Figure 1 : Carte de localisation de Kaliningrad.
Cartographie de Claire Cunty

Des frontières et un enclavement liés à une rupture politique

Dans une symétrie spatiale et temporelle, la Prusse-Orientale apparaît comme le double de Kaliningrad. Dans les deux cas, la genèse de l’enclavement, et par conséquent des frontières, naît d’une rupture politique, que l’on peut même qualifier de géopolitique, tant elle est liée à un changement de rapport de forces : la défaite allemande qui conduit au repli des Empires (allemand, russe et autrichien) en Europe centrale, en ce qui concerne la Prusse-Orientale (cf. figure 2), et la fin de la Seconde Guerre mondiale et la dissolution de l’Union soviétique, dans le cas de Kaliningrad (cf. figure 3).

En 1919, c’est la reconstitution de la Pologne qui, mettant fin à la continuité territoriale de l’Allemagne, transforme la Province de Prusse-Orientale en une enclave séparée du reste de l’Allemagne par le corridor de Dantzig. Dès lors, l’enclavement apparaît pour l’Allemagne comme un handicap, qu’il est nécessaire de combattre au nom d’un droit naturel, dans une vision nationaliste, pour mettre fin à cette discontinuité. Il se révèle être une source de tensions et de conflits entre l’Allemagne et la Pologne – avant d’être le prétexte au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

En 1945, l’origine du statut particulier de Kaliningrad et de la disparition de la Prusse, tenue pour responsable du militarisme allemand, est liée aux accords de Yalta (février 1945) et de Potsdam (juillet-août 1945), qui attribuèrent la partie nord de la Prusse-Orientale allemande, avec la ville de Königsberg, aux Soviétiques, la partie sud revenant à la Pologne. Annexé à l’Union soviétique, ce territoire représentait pour Staline une sorte de tribut de guerre, contrepartie des pertes humaines subies par les Soviétiques pendant le conflit (environ 17 millions de morts). En devenant en 1946 une entité territoriale de l’Union soviétique, directement rattachée à la République Socialiste Soviétique Fédérative de Russie (RSFSR), la région fut dès lors irrémédiablement liée à la Russie, au sein de l’URSS. La région fut rebaptisée Kaliningrad, tout comme sa capitale administrative Königsberg, en l’honneur de Michaël Kalinine, président du Soviet Suprême décédé en juillet 1946.

Figure 2 : Carte de l’Europe centrale après le Traité de Versailles (1919-1937)
Source : Magocsi P.R, Historical Atlas of Central Europe, Thames &Hudson, 2002
Figure 3: Carte de l’Europe centrale après les accords de Potsdam
Source : Magocsi P.R, Historical Atlas of Central Europe, Thames &Hudson, 2002

Les populations allemandes qui n’avaient pas fui en 1945 devant l’avancée de l’Armée rouge furent expulsées en totalité vers l’Allemagne à l’automne 1948, après avoir servi de main-d’œuvre au démarrage de l’économie locale et surtout à l’approvisionnement en produits agricoles de l’Armée rouge et des experts soviétiques, dans l’attente de l’installation de populations soviétiques. Celles-ci, espérant échapper à la misère de l’après-guerre, avaient commencé à affluer en 1946 de l’ensemble de l’Union soviétique, en particulier de sa partie occidentale très touchée par la guerre et l’occupation allemande[2]. Alors que l’enclavement de la Prusse-Orientale avait causé une émigration limitée de la population allemande, l’annexion soviétique mit fin à 700 ans de présence allemande et à sa transformation en un avant-poste militaire, véritable enclave à l’intérieur de l’URSS.

En 1991, l’indépendance des pays baltes conduit à l’enclavement « effectif » de l’oblast de Kaliningrad, qui se retrouve dès lors séparé du reste de la Russie, dont elle  dépend depuis sa fondation par son rattachement formel à la RSFSR. Cette anomalie géographique aurait sans doute pu être évitée, si cet ancien territoire allemand avait été intégrée après guerre à la République soviétique de Lituanie, comme le revendiquaient certains communistes lituaniens.

Les atouts géographiques d’un espace littoral

L’image satellite de la région de Kaliningrad (cf. Figure 4) prise le 15 octobre 2018 et disponible au téléchargement sur le site Géoimage montre la partie littorale de la région russe de Kaliningrad. Sa géographie souligne l’intérêt stratégique qu’elle représente pour la Russie, et en 1945 pour l’Union soviétique. On y distingue en effet la lagune de Kaliningrad, dans la partie nord de laquelle se trouvent des ports libres de glace, atouts majeurs de ce territoire baltique : le port militaire de Baltiisk d’abord (port allemand de Pillau avant 1945), situé à l’embouchure de la lagune avec la mer Baltique, le port commercial de la ville de Kaliningrad, l’ancienne Königsberg, ainsi que le port de Svetly plus particulièrement dédié à la pêche.

De fait, si Staline a demandé dès 1943, lors de la Conférence de Téhéran avec les Alliés, l’annexion de la partie Nord de la Prusse-Orientale par l’URSS, c’est parce qu’il connaît l’atout stratégique que représentent les ports de Königsberg et Pillau : ils sont libres de glaces toute l’année, à la différence de Leningrad (l’actuel Saint-Petersbourg) et de Kronstadt. Ce territoire allemand d’une superficie de 15 000 km² est immédiatement transformé en une zone militaire interdite aux étrangers, d’où l’expulsion décidée des populations à l’automne 1948. Désormais, seuls les militaires déployés dans la zone, leurs familles et les résidents de l’oblast y auront accès. Cela explique pourquoi entre 1945 et 1992 aucun investissement majeur n’y est réalisé en dehors du secteur de la défense et du complexe militaro-industriel.

Avec le développement de la « guerre froide » entre les anciens alliés de la Seconde Guerre mondiale, la mer Baltique devient le lieu de rivalité Est/Ouest, et Kaliningrad se transforme en avant-poste soviétique de la Baltique, poste d’alerte avancé pour prévenir toute attaque occidentale. Kaliningrad prend dès lors un rôle défensif face à une éventuelle attaque de l’OTAN, et le territoire dans son entier est organisé à cette fin[3] : la ville de Kaliningrad accueille le haut commandement de Flotte de la Baltique avec son poste de commandement enterré et un centre de communications. Les bases navales qui en dépendent sont de quatre types : d’abord la base navale de Baltiisk, ensuite la base d’infanterie de marine également localisée à Baltiisk, puis cinq bases aéronavales répartis sur l’ensemble du territoire et enfin deux sites de missiles anti-surface couvrant l’ensemble de la mer Baltique. On trouve aussi à Kaliningrad des installations logistiques navales : plusieurs dépôts d’armements, ainsi qu’une école navale, des centres de formation pour les officiers-mariniers et surtout le chantier naval Yantar, où furent construits entre 1962 et 1991 plusieurs navires de guerre de la flotte soviétique.

Figure 4 : Image satellite : La région de Kaliningrad en 2018

Source : Géoimage

Si la fin de la guerre froide marque une certaine démilitarisation de l’enclave, les tensions sont croissantes en Baltique à partir de 2004, à la suite de l’intégration des pays baltes dans l’Union européenne et dans l’Otan. Mais après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, Moscou procède à un renforcement de sa présence militaire en Baltique, puis au déploiement des missiles Iskander à Kaliningrad en octobre 2016[4]. L’OTAN y répond par des déploiements de forces dans les pays baltes. Selon Sergueï Sukhankin, natif de Kaliningrad et expert associé à l’International Centre for Policy Studies (Kiev), ce déploiement a permis de sanctuariser le territoire de Kaliningrad, selon les logiques A2/AD (Anti Access/Area Denial), avec l’objectif de tenir l’Otan à distance de la région de la mer Baltique. Cela a provoqué un vent de panique chez les pays voisins de l’oblast, élevant le sentiment d’insécurité et le niveau d’instabilité régionale. Depuis l’annexion de la Crimée, les États baltes craignent en effet que Moscou ne lance une stratégie de déstabilisation sur le même modèle qu’en Ukraine, s’appuyant sur la manipulation de leurs minorités russophones, représentant respectivement 30% et 40% des populations estonienne et lettone, avant une invasion depuis l’enclave de Kaliningrad.

Tracer frontière

            Tracées à la suite des accords passés entre puissances victorieuses après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les frontières de Kaliningrad sont donc des frontières relativement récentes et éminemment géopolitiques. Elles effacent des frontières étatiques plus anciennes forgées par l’histoire et par l’affirmation de la puissance prussienne sur le pourtour baltique.

La frontière russo-lituanienne au nord de l’enclave

            Le tracé frontalier avec la Lituanie suit le cours du fleuve Niémen, où on trouve d’ailleurs le fameux site de Tilsit (aujourd’hui Sovietsk), où se déroula la rencontre en juillet 1807 entre Napoléon Ier et l’Empereur russe Alexandre 1er. Ce tracé n’a été établi qu’au lendemain de la Première Guerre mondiale, par le traité de Versailles qui transforme la rive nord du fleuve, la région dite de Memel (Klaïpeda en lituanien) en un territoire et une ville libre contrôlés par la Société des Nations. La région est intégrée en 1923 à la Lituanie nouvellement indépendante après un coup de force. Disparaît alors l’une des plus vieilles et plus stables frontières d’Europe, marquant depuis 1422 la limite orientale de la Prusse avec les Lituaniens, y compris durant l’Union avec la Pologne et lors de la domination russe. La souveraineté lituanienne sur le territoire de Memel est officiellement reconnue par l’Allemagne en 1928, avant que Hitler ne s’empare de la région en 1939 après l’invasion de la Pologne.

La frontière russo-polonaise au sud de l’enclave

            La frontière sud de l’enclave qui marque la limite territoriale entre la Russie et la Pologne est quant à elle rectiligne, tracé au cordeau. Elle coupe en deux parts presque équivalentes l’ancienne province allemande de Prusse-Orientale, suivant un tracé qui adjacent à la mer Baltique doit relier d’Ouest en Est « un point de la côte orientale de la Baie de Dantzig, en passant au Nord de Braunsberg-Goldap, au point de rencontre des frontières de la Lituanie, la Pologne et la Prusse-Orientale » (Article VI du Protocol final de la conférence de Potsdam).

Figure 5 : Image satellite de la frontière sud de Kaliningrad

Source : Géoimage

            Ce tracé est visible sur l’image satellite (figure 5). Il coupe au bord de la lagune la frontière méridionale de l’enclave de Kaliningrad, entre les agglomérations de Mamonovo côté russe et Branievo côté polonais. Nous sommes ici dans un espace naturel uniforme : topographie plane, même type de sols et de végétations…

            Pour autant, la limite frontalière – comme construction politique définissant les espaces respectifs de souveraineté de deux Etats – est très lisible, car très nette du fait du différentiel de mise en valeur entre les deux pays. Au sud, les parcelles agricoles polonaises vont jusqu’à la frontière et la surface agricole utile est très largement consacrée à l’agriculture et à l’élevage, malgré la présence de quelques parcelles forestières. Du côté russe, la mise en valeur est plus lâche et moins intensive, l’habitat y est plus rare (villages, exploitations agricoles…). La frontière est y aussi fermée et hermétique. Le tracé frontalier est longé par une route parallèle située quelques centaines de mètres ou quelques kilomètres en retrait afin de permettre la circulation des patrouilles de la police frontalière et des forces de défense. Entre le tracé frontalier et la route stratégique se déploie une sorte de no mans’ land boisé.

            Enfin, l’on distingue sur la photo les deux grands axes de transport – entre Branievo et Mamonovo à l’ouest et sur le grand axe de l’E28 à l’est – équipés de postes frontaliers bien visibles sur l’image, notamment celui de Gronowo. Ils permettent de contrôle des voyageurs et des marchandises. Nous sommes là en effet sur une frontière externe de l’Union européenne, où s’arrête le principe communautaire de libre-circulation des hommes et des biens. Toutefois, en raison des accords de transit signés entre l’UE et la Russie concernant les habitants de Kaliningrad, les flux humains restent particulièrement dynamiques et la petite contrebande de marchandises légion.

Sous Kaliningrad, la trace de Königsberg

            Cette troisième image satellite (figure 6) est centrée sur la ville de Kaliningrad, capitale de la région russe (Oblast). Elle se déploie de part et d’autre du fleuve Pregolia (Pregel en allemand) qui débouche dans la lagune. Le Prégolia est un petit fleuve côtier long de 123 km et drainant un bassin de 300 km², avec un débit moyen de 90 m3/s à son embouchure.

            Le site historique est un site de carrefour très classique au Moyen-Age : site de confluence des deux bras ouest-est du fleuve avant qu’ils rejoignent la lagune, site de gué qui permet un facile franchissement nord/sud et donc le passage d’une importante voie terrestre longeant le littoral baltique à l’intérieur des terres. C’est là qu’a été fondée en 1255 la ville de Königsberg par les Chevaliers Teutoniques dans le cadre du Drang nach Osten, ce mouvement de colonisation-christianisation mené par les Allemands en Europe centrale et orientale. La ville devient la capitale du Duché de Prusse et forme le berceau de cet Etat, qui se construit en puissance au cours du XVIIIe siècle.

            Les contours actuels de Kaliningrad, son empreinte, sont ceux de l’ancienne capitale prussienne. En consultant un plan des années 1930 (figure 7), l’on constate que les principaux aménagements de Kaliningrad ont été bâtis par les Allemands au début du XXe siècle: aéroport au nord de la ville, gare centrale, darses du port au sud-ouest de la Prégel, canal reliant la ville à la mer Baltique, axes routiers.

            La radiale autoroutière qui entoure la ville est bien visible sur l’image. Elle suit à peu prés l’enceinte des anciens bastions militaires extérieurs qui en assuraient autrefois la défense de la ville prussienne. Ils sont bien repérables, en particulier au nord et au sud-est. La structure urbaine de la ville juxtapose un centre historique relativement dense (organisé autour de l’île de Kneiphof et de sa cathédrale), des quartiers d’habitats collectifs et des quartiers résidentiels de villas remontant à l’époque allemande (Amaliena, Mittelhufen) devenus datchas noyées dans la verdure. La croissance urbaine se caractérise par l’émergence de nouveaux quartiers d’habitations et d’activités au sud, à l’est et au nord-est.

Figure 6 : Image de la ville de Kaliningrad, l’ancienne Königsberg
Source : Géoimage

Figure 7 : Plan de Königsberg en Prusse (1938)

Source : Wegweiser durch Preussen, 1938, Osteuropa Verlag.

Une approche didactique des frontières

La confrontation entre images satellites et cartes permet d’appréhender les frontières dans leurs dimensions multiples, fonctions et enjeux : en tant que construction politique, fruit de rapports de forces évolutifs, idéologiques et géopolitiques ; en tant que discontinuité qui peut être aussi bien un espace de coopération que de séparation renforcée ; en tant que frontière extérieure de l’Union européenne (Pologne/Russie). Elle mobilise les notions de souveraineté, de droit international, de reconnaissance et contestation des frontières, de mobilités, d’échanges, espace transfrontalier, réseaux, inégalités, etc.

Un travail peut être mené avec les élèves à différentes échelles spatiales (locale, nationale, européenne) et temporelles (de la conquête des chevaliers teutoniques à l’émergence de la Prusse comme puissance européenne ; du Traité de Versailles à la fin du IIIe Reich ; de la victoire soviétique à la fin de la Guerre Froide et à la dissolution de l’URSS). Il peut être réalisé en complément de l’étude sur la frontière Oder-Neisse, pour montrer pourquoi la frontière germano-polonaise a été l’objet de tensions et de contestations après 1945, en raison des pertes territoriales et de l’expulsion des Allemands des territoires à l’est de cette nouvelle frontière. Il s’agira alors de conclure sur la nécessaire reconnaissance des frontières pour aboutir à la stabilité et la normalisation des relations entre Etats que permet l’Ostpolitik initiée par Willy Brandt en 1970.

LIEN

https://geoimage.cnes.fr/fr/geoimage/russie-kaliningrad-une-enclave-russe-militarisee-au-sein-de-lunion-europeenne-en-mer

Références :

Céline Bayou, « Tensions sécuritaires dans la région baltique : que reste-t-il de l’équilibre nordique ? », Questions internationales n°90, mars-avril 2018.

Richard Krickus, « Forgotten Kaliningrad : A source of conflict or cooperation », The National Interest, 12/2/2017, en ligne: https://nationalinterest.org/feature/forgotten-kaliningrad-source-conflict-or-cooperation-19405

I. Oldberg, « Market place or military bastion : Kaliningrad between Brussels and Moscow », Ulpaper n°3, 2018, publié par The Swedish Institute of international affairs. www.ui.se.

Frank Tétart, Géopolitique de Kaliningrad, une « île russe » au cœur de l’Union européenne, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (PUPS), Paris, 2007, 478 p.

– « Un avant-poste stratégique, la raison d’être de Kaliningrad », Stratégique n°121-122 (2020), dossier : Géostratégie de mer Baltique sous la direction de Matthieu Chillaud.

– « Kaliningrad, tête de pont de l’armée russe face au bouclier antimissile américain ? », Hérodote n°128, 1er trimestre 2008.

– « Symétrie spatiale et temporelle d’une enclave : Kaliningrad et la Prusse-Orientale (1919-1939/ 1992-2004) », in « La symétrie et ses doubles » sous la direction d’Antoine Beyer, Revue de géographie de l’Est, n°2/2007, Tome XLVII.

– « Que reste-t-il de la Prusse-Orientale? 60 ans de Kaliningrad. », Revue Allemagne d’aujourd’hui n°179,mars 2007.

– « Géopolitique de Kaliningrad : une île russe au sein de l’Union européenne élargie », Hérodote n°119, 3e trimestre 2005.

Le Dessous des Cartes, Kaliningrad, (diffusé en 2020 sur ARTE), texte de Frank Tétart.


[1] Frank Tétart est docteur en géopolitique de l’Institut français de géopolitique (Université Paris 8) et diplômé en relations internationales (Paris 1). Il est l’un des co-auteurs de l’émission « Le Dessous des Cartes » avec Jean-Christophe Victor (1994-2008) et aujourd’hui avec Emilie Aubry. Ancien rédacteur en chef délégué des revues Moyen-Orient et Carto (2009 à 2011), il enseigne actuellement au Lycée Gustave Monod à Enghien les Bains, et aux universités de Paris 1, Paris-Saclay et de Sorbonne Abou Dhabi.

Outre de nombreux articles sur Kaliningrad, sujet de sa thèse, il dirige chez Autrement depuis 2013 l’édition annuelle du Grand Atlas et a publié l’Atlas des religions en 2015, Une carte par jour, découvrir le monde en un coup d’œil en 2018 et Drôle de Planète en 2019.

[2] Le premier train organisé y arriva le 27 août 1946 en provenance de Briansk (Ouest de la Russie). 12 024 familles s’installèrent durant cette première année dans la région de Kaliningrad, soit 52 906 personnes au total. Les rabatteurs d’État qui parcouraient la Russie centrale, l’Ukraine, la Biélorussie et la Lituanie promettaient de nombreux avantages : l’équivalent de deux ans de salaire, 1 000 roubles par membre de la famille et un choix entre un prêt de 3 000 roubles ou une vache, sans compter le transfert gratuit jusqu’à Kaliningrad et l’attribution d’une maison.

[3] Selon E. Buchhofer, au moins 700 km² sur les 15 000 km² que compte l’enclave étaient utilisés à des fins militaires dans la région de Kaliningrad, in « Das Königsberg Gebiet im Lichte neuerer Landsat-Aufnahme », Tübinger Geographische Studien, Heft 102, 1989, p.71-87.

[4] Sergey Sukhanin, « Kaliningrad: From boomtown to battle-station », publié le 27-3-2017 sur : https://www.ecfr.eu/article/commentary_kaliningrad_from_boomtown_to_battle_station_7256